Christine Boutin fait pression sur l'UMP pour des positions éligibles aux régionales

Christine Boutin met la pression sur l’UMP. La présidente du Parti chrétien-démocrate (PCD) a menacé mercredi, lors du lancement de sa campagne à Tours, de mener une liste autonome dans la région Pays de Loire si son parti n’obtenait pas la place qui lui revient sur les listes des élections régionales.

boutin-sarko-une

« Le PCD est un parti associé à l’UMP et nous demandons de façon ferme à ce que des candidats du PCD soient en position éligible sur les listes régionales. Je ne doute pas que l’UMP tienne compte de ces demandes qui sont équilibrées », a-t-elle lancé aux journalistes. « Notre demande est raisonnable, juste, responsable par rapport à ce nous représentons », a-t-elle ajouté avant de se montrer plus pressante : « Si, par hasard, les demandes n’étaient pas respectées, je mènerais une liste en Pays de Loire où j’ai des attaches, une délégation importante et une très bonne représentation ». Christine Boutin assure vouloir enfin recueillir le fruit du travail de ses troupes : « Cela fait sept ans que nous passons un certain nombre d’échéances électorales. Le PCD est toujours là pour apporter des voix, avoir des militants dynamiques, coller des affiches, donner des idées et, quand il s’agit des élections, comme on est gentil, on dit ça passera . Mais cette fois, ça ne passera pas. »

Pour l’ancienne ministre du Logement, « cette échéance électorale est une occasion pour sortir de la période de confusion actuelle en remettant la majorité en phase avec ses valeurs. Notre électorat est troublé, nous devons lui donner des signes forts ». « Les régionales de mars 2010 doivent donner l’occasion de retrouver une majorité qui porte des valeurs », a-t-elle conclu.

Christine Boutin devait tenir en soirée un meeting à Tours pour lancer sa campagne après avoir navigué sur la Loire, visité une usine de sous-traitance automobile, rencontré des élus, des cadres et des adhérents du PCD et de l’UMP.

Publié par LE POINT

Et un autre article du jour…


L’ancienne ministre du Logement se consacre désormais à l’animation de sa formation, rebaptisée Parti Chrétien-démocrate, pour laquelle elle demande aujourd’hui des gages en vue des prochaines élections régionales.

Appuyée au bastingage du Saint-Martin-de-Tours, Christine Boutin contemple les rives de la Loire qui défilent sous ses yeux. Le fleuve est à son étiage et la petite embarcation tire d’un bord à l’autre pour éviter les fonds sableux. «Il ne faut pas y voir de métaphore politique», s’amuse un participant de la croisière. «J’ai un cap et je m’y tiens», expliquera ensuite la présidente du Parti chrétien-démocrate qui a passé, avec ses troupes, la journée de mercredi en Touraine.

Ceux qui avaient prédit une «retraite bien méritée» à l’ancienne ministre du Logement, après son éviction du gouvernement en juin dernier et son choix de ne pas retrouver son siège de députée des Yvelines, sont maintenant prévenus : Christine Boutin n’a pas l’intention de raccrocher les gants. «Je suis accro à la politique et j’ai l’intention de vivre pleinement la liberté qui est la mienne aujourd’hui», confie-t-elle avec euphorie. L’ancienne candidate à l’Élysée se consacre entièrement à sa formation et à ses 9 000 militants.

Christine Boutin, mercredi, lors de la visite d'une usine de sous-traitance automobile près de Tours.  Crédits photo : AFP

Christine Boutin, mercredi, lors de la visite d'une usine de sous-traitance automobile près de Tours. Crédits photo : AFP

«Je reste fidèle à Sarkozy»

En juin, son Forum des républicains sociaux (FRS) était rebaptisé Parti chrétien-démocrate (PCD). «Le concept de laïcité et le regard sur la religion ont évolué et nous pouvons maintenant afficher nos valeurs», explique-t-elle. L’apparition du nom de parti n’est pas non plus anecdotique. «Il était temps de nous affirmer comme tel», assure Boutin en rappelant que le FRS est membre fondateur de l’UMP. Membre fondateur mais, selon elle, pas forcément très respecté par le parti présidentiel.

À cinq mois des régionales, le PCD demande aujourd’hui des gages. «Jouer la bascule (en obtenant des places très difficilement éligibles) comme nous avons pu le faire lors des législatives ou des européennes ne nous suffit plus», explique Boutin. Elle considère avoir été moins bien traitée que le Nouveau Centre ou la Gauche moderne de Jean-Marie Bockel. Cette demande a même pris mercredi le tour d’un ultimatum. «Si notre parti n’obtient pas la place juste et équitable qu’il mérite, je me présenterai à la tête d’une liste autonome en Pays de la Loire, prévient-elle. L’UMP ne gagnera pas de régions si elle n’est pas à l’écoute des valeurs humanistes et sociales que le PCD est seul à porter aujourd’hui dans la majorité.»

Boutin en a d’ailleurs la conviction : les Français sont aujourd’hui «déboussolés» et l’électorat qui a élu Nicolas Sarkozy est «troublé». «Il faut donner des signes forts», explique-t-elle, notamment en matière d’«écologie humaine». «L’UMP ne gagnera pas de régions si elle s’évertue à reprendre l’idéologie des Verts qui est fondamentalement totalitaire», alerte-t-elle en désignant ses «adversaires naturels».

Une position qui pourrait la conduire à rompre avec la majorité ? «Je reste fidèle à Sarkozy, assure-t-elle. Comme je l’ai été pendant la campagne présidentielle quand il promettait l’affirmation de l’identité de la France, le respect de la personne humaine et la fin des idées soixante-huitardes.» Boutin réprime alors un sourire et conclut : «Ce n’est pas moi qui ai changé !»

Publié par Le FIGARO

Et encore un…

…et Christine Boutin menace de dissidence

L’ancienne ministre Christine Boutin a menacé hier à Tours de conduire une liste dissidente aux régionales dans les Pays de Loire si le Parti chrétien-démocrate (le PCD) qu’elle préside n’était pas suffisamment représenté sur les listes. « Le PCD est un parti associé à l’UMP et nous demandons de façon ferme à ce que des candidats du PCD soit en position éligible sur les listes régionales », a-t-elle déclaré avant de se faire plus précise : « Si, par hasard, les demandes n’étaient pas respectées, je mènerais une liste en Pays de Loire, où j’ai des attaches, une délégation importante et une très bonne représentation ». Elle devait tenir dans la soirée un meeting à Tours pour lancer sa campagne.

Publié par Les Echos
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s