Christine Boutin : « Je suis encore plus libre qu’avant ! »

Christine Boutin était l’invitée du Talk Orange-le Figaro hier soir, lundi 14 juin. 

  

 

  

Christine Boutin, la présidente du Parti chrétien-démocrate, constate que la polémique sur ses salaires lui a permis de gagner en notoriété. 

*

 Fillon interdit le cumul salaire-retraite à ses ministres (Le Figaro – 15/06/2010)

Après la polémique suscitée par la double rémunération de Christine Boutin et à la veille de la présentation de la réforme des retraites, le premier ministre entend montrer que le pouvoir politique ne sera pas épargné par les mesures de rigueur.

 Il y aura bel et bien une jurisprudence Boutin. François Fillon a tranché ce mardi : ses ministres n’auront désormais plus le droit de cumuler leur indemnité ministérielle avec une pension de retraité. L’ancienne secrétaire d’Etat au logement avait suscité la polémique la semaine dernière autour de sa double rémunération, perçue en sa qualité de parlementaire retraitée et de chargée de mission par le gouvernement. Le chef de gouvernement, qui a d’ores et déjà annoncé cette future interdiction aux députés UMP, devrait prochainement écrire à ses ministres «pour leur demander de suspendre le versement de leur retraite de parlementaire».  

crédit photo le Figaro

A l’appui de cette décision, François Fillon a cité la révision constitutionnelle de juillet 2008, en vertu de laquelle les ministres ont la possibilité de retourner automatiquement au Parlement une fois sortis du gouvernement. Une disposition qui rend, selon le premier ministre, «illogique» la possibilité de cumuler les deux sources de revenu. Outre Christine Boutin, qui avait déjà annoncé qu’elle mènerait sa mission sur la mondialisation gracieusement, plusieurs ministres sont concernés par l’interdiction. Michèle Alliot-Marie, Roselyne Bachelot, Henri de Raincourt, Patrick Devedjian et Jean-Marie Bockel, tous anciens parlementaires et sexagénaires, sont notamment visés.  

Le régime des parlementaires réformé

 Autres victimes collatérales de cette polémique : les parlementaires. Alors que le gouvernement s’apprête à dévoiler, mercredi matin, la réforme des retraites, il entend bien montrer que les salariés ne seront pas les seuls à faire des sacrifices. Le ministre du Travail Eric Woerth a ainsi déclaré lundi souhaiter une remise à plat de l’avantageux système de retraite des parlementaires. Un dispositif qui leur permet de toucher treize mois de retraite par an, et, grâce à un système de double cotisation, une retraite à taux plein au bout de 22,5 années de mandat. «Il faut que le président du Sénat et le président de l’Assemblée annoncent clairement une réforme dans les jours qui viennent», avait-t-il alors signifié.  

Message reçu par le président de l’Assemblée nationale, Bernard Accoyer. Mardi à l’antenne d’Europe 1, il s’est en effet déclaré favorable à la suppression de la double cotisation en vertu de laquelle une année cotisée en vaut deux : «les mesures dérogatoires ont vocation à être supprimées sans délais». Un groupe de travail sera mis en place dès mercredi pour plancher sur une réforme du système applicable dès cet automne.  

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s