Galerie

Pourquoi les jeunes du PCD sont contre « le mariage pour tous »

Pourquoi les jeunes du PCD sont contre « le mariage pour tous »Cet argumentaire ne prétend pas faire le tour des questions soulevées par le projet de loi ouvrant le mariage et l’adoption aux couples de même sexe mais en montre des points saillants ayant particulièrement retenus notre attention.
Ce projet de loi n’est pas une simple ouverture du mariage et de l’adoption aux couples de même sexe.
Sa philosophie et ses conséquences juridiques et pratiques transforment totalement l’institution du mariage dans son fondement. On change de structure pour tous les couples.

Définition du mariage
Le mariage n’est pas que la reconnaissance sociale d’un amour entre deux personnes (relation horizontale) c’est aussi la filiation qui institue une micro-cellule de base de la société, la famille (relation verticale). Or la filiation via un couple de même sexe est impossible car il doit toujours y avoir l’union d’une gamète masculine et d’une gamète féminine pour donner la vie. Le mariage articule donc la différence des sexes et la capacité théorique d’engendrement.
Si le mariage ne devient plus que la reconnaissance sociale, la non-discrimination veut qu’on ne s’arrête pas à deux, à l’âge ou aux relations familiales entre les membres concernés et consentants. Voir Lionel Labosse Au-delà du mariage gay : le contrat universel qui prouve que le polyamour, avec son expression juridique le contrat universel, est la revendication suivante. Des tribunes parues notamment dans Le Monde s’en sont faites l’écho revendicatif. Il convient d’être conscient de cette stratégie progressive de long terme. C’est pourquoi il est nécessaire de toujours revenir au réel pour laisser les idéologies.

Présence auprès de l’enfant
Les relations de l’enfant avec le nouveau compagnon ou compagne de son père ou de sa mère sont déjà régies par la loi du 4 mars 2002 et par l’article 377 du Code civil sur la délégation d’autorité parentale. Pour les actes quotidiens, nul besoin d’une nouvelle loi. En cas de décès, un acte notarié suffit et le juge l’appliquera sauf si son contenu est contraire aux intérêts de l’enfant. Ainsi tous les enfants sont déjà protégés car tous les cas de figure existent dans les cas de couple homme-femme : les enfants en famille homoparentale ont les mêmes statuts et sécurités qu’en famille divorcée, recomposée ou monoparentale.
L’INED estime à 30 000 le nombre d’enfants élevés dans un cadre homoparental.
Avoir un nouveau statut systématique par le mariage des couples de même sexe conduit à l’effacement
progressif, et, parfois violent, du second parent biologique. En effet il ne faut pas oublier que, sauf en cas de décès ou d’insémination artificielle (cas marginaux), l’enfant a toujours son second parent biologique. Pourquoi alors un nouveau parent ?

Vous voulez en savoir plus ? Lire la suite ? Téléchargez l’argumentaire au complet !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s